Parmi les bâtisseurs de Chambly, Jean Lefort dit Laforest, serrurier.

Paul-Henri Hudon

HISTOIRE – Il faut toute la minutie pointue du forgeron et une habileté particulière pour devenir serrurier. Travail délicat comme celui de l’armurier, mais esthétique en plus. Le serrurier devait à partir d’une barre de fer brut modeler gâchettes, clenches, loquets, clefs, targettes, pentures, gonds, charnières, le tout agrémenté de ressorts, de verrous, de crochets, bien rivés. On lui demandera de produire des cadenas, des passe-partout, des poignées de porte, divers crochets, des chevilles. Il fournira à volonté des clous de toutes dimensions, carrés sur quatre face, ronds, courts, longs. Il gravera sa particularité en ciselant une entrée de serrure fleurie, feuillagée, bec-de-cane ou autre contour, qui constituera sa signature.

Jean Lefort dit Laforest (c1675-1743) arrive en Nouvelle-France comme soldat dans la Compagnie de Tonty avec Jacques Denoyon, sergent de la même compagnie. On retrouvera les deux démobilisés à Chambly. Jean Lefort épousait Marguerite Drousson à Montréal le 28 mai 1708. Il est aussi qualifié de “maitre-canonnier” (Gervais Hodiesne 30 octobre 1738) et de “maître-forgeron“. Ce couple aura neuf enfants baptisés à Chambly: Jean-Baptiste Lefort (1708-1786) (Charlotte Ménard); Pierre Lefort, 1711: Madeleine Lefort, 1717; Thérèse Lefort; 1718, Marguerite Lefort, 1715-1768; Louise Lefort (1720-1799); Julie Lefort (1722-1795) épousera Jean-Marie Gilbert; Marie-Anne Lefort, 1726; Gaspard Lefort (1729-1761). La succession échoiera à Jean-Marie Gilbert, son gendre, aussi forgeron.

On peut croire que Jean Lefort a exercé son métier auprès de Joseph Pépin dit Laforce, “forgeron du Roi“, époux de Marguerite Legrain (François Simonet, 20 novembre 1737), établi à Chambly.  “Marguerite Legrain, veuve de Joseph Pépin dit Laforce, baille une maison à forger à Daniel Poirier, maître forgeron, pour un an, avec un grand soufflet, un grand étoc, une enclume, un gros marteau à frapper pesant 10 livres, un marteau à main de 4 livres, etc”, (Gervais Hodiesne, 12 juillet 1741).

Jean Lefort s’est rendu 45 fois au fort de Chambly en 1730 et 1731 pour des travaux de quincaillerie. En 1733, il a exécuté 36 tâches de même ordre avec Jean-Baptiste Fleurdépée. Son travail consistait entre autres à “assembler des poêles“. On le voit au fort en 1722, 23, 24, 1734, 1738, 1740, en particulier pour des travaux de serrurerie (Parcs-Canada, SMG -132)

Il faut noter que Joseph Pépin dit Laforce, Jean-Marie Gilbert, Jean Lefort dit Laforest, Charles Rainville, Alexandre Vigeant dit Taupier, ces forgerons habitaient tous sur la rue Centre, près du fort.