Étienne Provost, de Chambly, “l’homme des montagnes” américaines

Paul-Henri Hudon

HISTOIRE – Comme Jean-Baptiste Truteau, né le 11 décembre 1748, comme Toussaint Charbonneau, né à Boucherville le 21 mars 1767, Étienne Provost, baptisé à Chambly le 21 décembre 1785, parcourra les vastes territoires de l’ouest américain. Voyageur dans les grands espaces vierges de l’Amérique, il s’était engagé le 21 janvier 1805. Il a 19 ans, quand il participe comme “milieu” (avironneur) et “hivernant” pour se rendre jusqu’au pays des Illinois. Il s’établit à Saint-Louis où des entrepreneurs en fourrures l’embaucheront pour la chasse et la traite (Havard, p. 409). On le retrouvera au Kansas et au Colorado… jusque dans l’Utah où la ville de Provo commémore son nom. Et combien d’aventures !!!

Gilles Havard est historien, directeur de recherches au CNRS et auteur de plusieurs ouvrages majeurs sur l’histoire de l’Amérique française. Il consacre 70 pages, fort bien documentées et illustrées à notre Étienne Provost des Montagnes. Je vous recommande hautement la lecture de cette épopée des Plaines d’en Haut: “L’Amérique fantôme”, 647 pages. Ces récits passionnants m’ont enchanté. La vaste Amérique, c’est aussi “nous”.

 

D’autres chamblyens s’étaient engagés, entre 1733 et 1739, pour aller dans les pays d’en Haut. Par devant le notaire François Lepailleur, on trouve Antoine Ménard, contrats nos 56, 864, 867, 1324, 1313, 2175, 2344.

François Ménard, interprète en langues indiennes, nos 493, 506, 1375, 1864, 2314. Joseph Sabourin, no 203. Jean Choinière dit Sabourin, no 1136.

François Bessette, no 315. Jean-Baptiste Bessette, no 2321. Jacques Renaudet, no 567. Paquet dit Lavallée, no 598. André Lanquedoc, no 596, 1773. Michel Brouillet, 1640

Ont aussi été engagés pour La Vérendrye : Pierre Brouillet, François Malhiot (Mailloux), Jean-Baptiste Beauregard, Joseph Beauregard de Chambly, le 13 juin 1743, avec 6 canots et 46 hommes pour aller au poste de l’Ouest.

La Vérendrye

Illustrations: Dans Le Mémorial du Québec, Tome I. Page 348. La Vérendrye par Jefferys.

Toile d’Alfred Jacob Miller, représentant Étienne Provost (bedonnant, en jaune, derrière son mulet, sortant de son tipi, au matin). Il semble y avoir une sorte d’affolement au sujet des chevaux.

 

Havard, Gilles, L’Amérique fantôme, Flammarion, 2019, 648 pages. Les pages 403 à 472 sont consacrées à Étienne Provost. En plus des illustrations colorées formant un in-seize central.

Références: Inventaire des greffes de notaire du Régime français, 1973, vol 25.